La porcelaine d'Arita s'expose sur le salon Maison & Objet

001

Le salon Maison & Objet a ouvert ses portes le vendredi 4 septembre à Villepinte et fait la part belle aux professionnels de l’art de vive et du design. Pour son 20e anniversaire, le salon offre une « expérience produit à 360° » et fait cohabiter les styles les plus créatifs et les plus exotiques.

Parmi les différents secteurs représentés – décoration, meubles, textiles, arts de la table, enfants -, la porcelaine d’Arita qui fêtera l’an prochain son 400e anniversaire dévoile son nouveau design, à la fois élégant et sophistiqué. Cette porcelaine unique au monde, reconnue pour sa qualité et son esthétisme à l’échelle internationale, associe tradition et contemporain pour créer des objets d’une finesse exceptionnelle.

002

003

004

005

006 007

008

009

010

011

012

 

 

Le story telling au coeur des relations presse

Story telling - modif

Raconte-moi une histoire digitale.

À l’heure des réseaux sociaux et du digital, une forme de communication prévaut depuis quelque temps en termes de créativité et d’efficacité, permettant de se démarquer au sein des univers les plus concurrentiels : le story telling. Si le terme est particulièrement à la mode depuis plusieurs années dans le monde du marketing, le story telling est en réalité vieux comme le monde, tout le monde étant sensible à une belle histoire bien racontée…

C’est tout l’enjeu du story telling appliqué aux relations presse : ne pas limiter la communication autour d’une marque à une image statique ou à une actualité produits souvent décontextualisée, mais créer une réelle attraction autour de la marque en faisant preuve de créativité. Raconter une histoire qui dépasse le simple cadre publicitaire permet d’inscrire une marque ou un produit sur un plan « culturel », parfois même générationnel, et de bénéficier ainsi d’une résonnance particulière sur les réseaux sociaux ; Facebook et Twitter constituent des plateformes idéales pour créer une réelle interaction et encourager les internautes eux-mêmes à raconter leurs propres histoires de la marque.

Une marque remarquable.

Le story telling n’est donc pas seulement une alternative à un marketing de masse saturé jusqu’à l’asphyxie ; il est la forme de communication la plus adaptée au monde digital. Pour les agences RP, le story telling est une aubaine qui permet d’enrichir le background et la personnalité d’une société ou d’un produit. Les enjeux du story telling s’inscrivent sur le long terme, en créant une dimension humaine autour de la marque, et en se démarquant au sens strict du mot, en racontant une histoire remarquable et originale, qui portera éventuellement les communications de la marque sur une durée plus ou moins longue.

Il ne s’agit pas nécessairement de vendre au « consommateur » une histoire qu’il a envie d’entendre, articulée autour de leviers efficaces mais dénuée de toute réalité. Les relations presse permettent de mettre en lumière et de donner de l’écho à une histoire qui mérite d’être racontée. Si les relations presse constituent un outil de communication moderne, adapté aux nouveaux usages digitaux, c’est parce qu’elles savent désormais raconter des histoires originales adaptées aux ambitions et à la particularité des marques.

5 astuces pour trouver une agence RP

Public Relations - modif

 

Pour se différencier sur des marchés hyper concurrentiels, les relations presse constituent un levier essentiel, permettant de valoriser l’innovation et l’expertise. Faire appel à des experts des relations publics, et définir avec eux avec une stratégie de communication pertinente, est devenu un facteur de succès pour nombre d’entreprises du monde des nouvelles technologies ou de l’industrie.

Il est cependant délicat, comme dans tout autre domaine et business, de trouver le partenaire professionnel idéal, en adéquation avec son secteur d’activité, son marché et ses ambitions. Voici donc quelques conseils afin de sélectionner le partenaire relations presse adéquat, susceptible de développer sa réputation et de bâtir une relation de travail fructueuse sur le long terme.

 

1) Choisir une agence RP spécialiste de son secteur d’activité.

Le domaine d’expertise d’une agence relations presse doit être l’un des critères prépondérants au moment de sélectionner un partenaire RP. Certaines agences sont spécialisées dans les secteurs de la High-Tech et de l’Industrie – c’est le cas de l’agence Yucatan – quand d’autres se concentrent avant tout sur le Grand Public ou la communication de crise. Il convient donc de s’assurer qu’un partenaire relations publics comprend le marché et les enjeux du domaine d’activité dans lequel on évolue, et qu’il connaît la presse spécialisée du secteur. Chaque métier et secteur d’activité possède ses propres spécificités, qu’il faut connaître et intégrer, afin de communiquer de façon pertinente et originale à destination des médias, et d’entrer en interaction avec les journalistes.

 

2) Choisir une agence RP capable de communiquer et de partager avec tous les types de médias.

Le contenu est roi. Les relations presse se nourrissent avant tout d’informations percutantes et d’innovations susceptibles d’intéresser de la presse spécialisée jusqu’à la presse généraliste. Un partenaire RP de valeur saura accompagner ses clients dans la définition de la stratégie de communication, et prodiguer conseils avisés et suggestions originales quant aux sujets à proposer aux journalistes. Mais si le contenu est roi, la distribution est sans conteste reine. Les deux compétences majeures d’une agence de relations presse sont sa créativité, et sa capacité à diffuser les informations aux bonnes personnes – et aux bons journalistes. Une diffusion RP ne s’arrête à pas un simple envoi d’un communiqué de presse aux médias spécialisés, mais implique la construction d’une liste de presse regroupant presse spécialisée et médias plus généralistes susceptibles de s’intéresser au sujet, l’optimisation du contenu pour tous types de partages, le partage sur les réseaux sociaux et l’identification des personnalités les plus influentes du secteur d’activité qui pourraient éventuellement se faire l’écho de la communication.

 

3) Choisir une agence RP très présente sur les réseaux sociaux et experte dans la communication social media.

On sait depuis longtemps que les réseaux sociaux ne constituent pas seulement un outil marketing qu’il ne faudrait pas négliger ou un channel de communication comme un autre. C’est un univers où l’information circule plus vite et de façon plus directe que nulle part ailleurs, c’est un monde qui dispose de ses propres spécificités et de ses propres codes, qu’il faut connaître et savoir appliquer afin de pouvoir communiquer efficacement. L’activité relations presse ne saurait se passer de la dimension social media aujourd’hui ; une communication social media doit être abordée et entreprise avec le même degré d’exigence que tous les autres aspects d’une stratégie de communication. Une agence relations publics ne peut faire l’économie d’une présence soutenue et d’une expertise prouvée sur les réseaux sociaux – en particulier Twitter et LinkedIn, mais aussi Facebook, YouTube ou Pinterest. Dans certains secteurs d’activité, et notamment dans le domaine des nouvelles technologies, capter les bons interlocuteurs et développer une réputation passe nécessairement par le social media.

RSfacebook

RStwitterRSlinkedin

 

 

 

Quelques-uns des réseaux sociaux sur lesquels est présente l’agence Yucatan. (Cliquez pour afficher) 

4) Choisir une agence RP reconnue par les journalistes.

Le partenaire relations presse idéal n’est pas forcément celui qui compte le plus gros catalogue de références, ou les clients les plus clinquants. Une agence relations presse est avant tout un lien privilégié avec les journalistes ; une marque qui souhaite bénéficier d’un accompagnement relations presse profitera directement de la popularité de son partenaire RP, dont les connaissances et interlocuteurs médias privilégiés constitueront bientôt une audience toute trouvée. Interroger quelques médias spécialisés de référence au sujet des agences avec lesquelles ils ont le plus l’habitude d’échanger et de collaborer est une bonne façon d’identifier les agences les plus populaires, et la façon dont elles sont perçues par les journalistes – expertes dans leur domaine, investies, pertinentes dans leur communication, etc.

5) Ne pas choisir une agence qui pratique le paiement aux résultats.

Les relations presse constituent une activité absolument essentielle, pour qui souhaite développer sa réputation et protéger son image, en soutenant sa communication grâce à des messages pertinents à destination de la presse. Il n’en demeure pas moins que le calcul précis du retour sur investissement est extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible. On ne peut pas acheter un bon article ou un excellent reportage, dont les bénéfices sont souvent bien supérieurs à ceux d’une publicité. C’est pour cette raison que toutes les agences de relations presse les plus sérieuses ont pour habitude de spécifier qu’elles sont liées contractuellement par une obligation de moyens, et non par une obligation de résultats – le journaliste restant seul décideur des sujets qu’il souhaite aborder. En France, le Syntec – principal syndicat national dans le secteur des relations presse – exige de tous ses membres qu’ils ne s’engagent jamais à une obligation de résultats.

10 conseils pour la gestion de vos réseaux sociaux professionnels

SocialNetworks - modif

 

Est-il vraiment utile de le rappeler en 2015 ? Les réseaux sociaux ne sont pas simplement un outil de communication régi par les mêmes codes que les méthodes de communication dites « traditionnelles », ni un espace sur lequel il convient de se positionner parce que les concurrents le font et qu’il faut bien suivre le mouvement.

Yucatan, agence digitale RP, se propose d’accompagner ses partenaires au cours de leurs communications « social media ». Voici 10 conseils essentiels à intégrer afin d’utiliser au mieux les réseaux sociaux :

 

01 / Choisir les réseaux sociaux en fonction de son activité et de ses ambitions.

L’image numérique dont l’on trace les contours doit être adaptée aux ambitions et aux marchés d’une entreprise. Être présent partout ? Au risque de dupliquer ses contenus sans les adapter à chaque réseau social ? Au contraire, il est préférable de sélectionner les réseaux qui représentent le plus d’intérêt pour une société. Orientés B-to-C, Twitter et Facebook sont évidemment à privilégier dans le cadre d’une communication « consumer-oriented« . Si l’entreprise dispose de contenus graphiques, il pourrait alors être intéressant de se pencher sur Pinterest et Instagram, qui permettront de mettre en valeur ces visuels. Attention toutefois avant de se lancer : une page ou un comte entreprise délaissé ou inadapté a surtout un effet négatif sur l’image de la société.

02 / Soigner son profil.

Votre identité numérique est aujourd’hui la première image qu’auront de vous vos futurs partenaires. Il est devenu un réflexe pour chacun d’entre nous de consulter sur Internet le site web des entreprises avec lesquelles nous sommes amenés à collaborer, ou les pages personnelles ou professionnelles des personnes et des sociétés. Il convient donc de choisir une photo adaptée et des bandeaux adaptés (bonne définition, couleurs évoquant la charte graphique de l’entreprise, sans être trop agressives, logo HD, etc.), et surtout d’adapter son profil au réseau social sur lequel il figure. Encore une fois, on ne communique pas de la même manière sur Facebook ou sur LinkedIn, et on ne s’adresse pas aux mêmes publics.

03 / Éditorialiser les contenus.

Dans cette logique de communication orientée, on ne partage évidemment pas les mêmes contenus d’un réseau social à l’autre. Et plus généralement, un contenu quel qu’il soit se doit d’être adapté pour être lisible des personnes auxquelles il s’adresse. Les angles et les termes employés sur Twitter ne sont pas ceux qu’il faudra privilégier, par exemple, sur LinkedIn. De plus, les restrictions propres à chaque média social obligent à se montrer malin, et parfois concis (par exemple, les 140 caractères de Twitter), tout en sachant placer les bons mots clés qui participeront à faire grimper le référencement d’une marque.

04 / Communiquer par le visuel.

Ce n’est pas vraiment un secret, mais une communication sur les réseaux sociaux se doit d’attirer le regard, et d’attiser l’intérêt de ceux qui déroulent leur fil d’actualité. Un titre percutant, et plus encore, un visuel soigneusement choisi, font souvent la différence. Il suffit de remarquer la seule différence entre un tweet de deux lignes, et un autre accompagné d’une illustration, pour s’en convaincre.

05 / Communiquer régulièrement.

Des mises à jour régulières de son statut, et la publication quotidienne de contenus permettent de gagner en visibilité, et d’accroître sa présence sur les réseaux sociaux. Plus on apparaît dans un environnement, plus on a de chances d’être vu.

06 / Être à l’écoute de son écosystème…

Une veille attentive des sujets populaires sur les réseaux sociaux permet de suivre les sujets les plus populaires – identifiables notamment grâce aux « hashtags ». Surveiller l’actualité de son écosystème est indispensable avant de se tenir prêt à entrer en interaction avec les membres de son réseau.

07 / … afin d’en devenir un porte-parole.

En plus des contenus personnalisés et des actualités corporate publiés sur vos réseaux sociaux, il convient de réagir à l’actualité du marché, et de construire son identité numérique par des prises de parole qui refléteront les opinions et le positionnement d’une marque sur les sujets brûlants. Être le premier à s’exprimer sur un sujet en passe de devenir populaire sur les réseaux sociaux permet de valoriser les prises de position, et d’être parfois cité, écouté, partagé sur les réseaux sociaux. Lorsqu’une nouvelle d’importance résonne sur un marché, on attend que les leaders d’opinion sur ce marché s’expriment à ce sujet. Faire entendre ses opinions permet souvent d’être perçu comme une voix influente.

08 / Impliquer son réseau.

Responsabiliser les employés d’une société en les invitant à rejoindre (ou à se connecter à) la page professionnelle de l’entreprise est une mesure indispensable afin de crédibiliser son image et sa réputation virtuelle. Connecter les employés d’une entreprise est à la fois bénéfique pour eux, et particulièrement utile afin de gagner en visibilité, en référencement, en force de recrutement, etc. Chaque membre se doit alors de remplir convenablement son profil LinkedIn (mots-clés, expérience, photo), et peut être invité à partager régulièrement les actualités de l’entreprise.

09 / Une présence sur les réseaux sociaux doit être le fruit d’une réflexion propre et d’une stratégie définie en tous points.

Quelles sont les personnes avec lesquelles je souhaite entrer en interaction ? Qu’est-ce que je souhaite dire sur les réseaux sociaux ? Une stratégie de communication savamment préparée sur les réseaux sociaux peut conduire à des « leads » et à des opportunités de business qui méritent qu’on y investisse du temps et de l’énergie… Il convient néanmoins de réfléchir en amont aux angles et aux outils qu’on déploiera au cours de sa communication sur les réseaux sociaux.

10 / Converser avec les bons interlocuteurs.

Une fois son identité numérique construite avec pertinence, il ne reste plus qu’à entrer en interaction avec les membres de son réseau. Les « discussions » LinkedIn permettent par exemple de se positionner sur un marché, d’être à l’écoute des key influencers, d’entendre des avis divergents sur des problématiques de marché… De la même façon, répondre aux invitations « sociales » permet de se connecter avec des personnes, même si elles sont issues d’un autre secteur d’activité, mais qui trouvent un intérêt à votre parole ou à votre expérience, et pourront les partager à leur tour.

La santé 2.0 : bienvenue dans les hôpitaux connectés

Ascom blog

Rationaliser ressources et informations

À l’heure du développement de la domotique et de la course folle que se livrent les nouvelles technologies, les établissements de santé ont eux aussi entrepris leur mutation vers le numérique. La démarche a même été balisée par le Ministère de la Santé et la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), qui ont initié en novembre 2011 le programme « Hôpital Numérique ». L’objectif du programme est donc de bénéficier de l’amélioration des flux d’information permis par les nouvelles technologies afin de rendre les Systèmes d’Information plus performants en environnement hospitalier, et en particulier en termes de qualité et de sécurité des soins.

D’ici 2017, les établissements de santé, quel que soit leur statut (public ou privé), devront ainsi avoir atteint un palier de maturité minimum de leurs systèmes d’information. Les progrès réalisés par les établissements de santé seront évalués par :

– des indicateurs usages – correspondant à l’utilisation des systèmes d’information dans les domaines fonctionnels et les pré-requis,

– des indicateurs d’organisation – qui mettent en perspective les allocations de moyens humains ou financiers au sein des hôpitaux et cliniques.

(retrouvez davantage de détails au sujet de la mise en oeuvre du programme « Hôpital Numérique » ici

Les centres de soins devant inévitablement faire face à des enjeux de rentabilité et de productivité, et parfois composer avec des outils technologiques obsolètes, il est devenu impératif d’optimiser l’utilisation des technologies et des flux d’information afin de rationaliser les ressources.

Smart Hospitals

Les établissements de santé ont donc entrepris leur transformation numérique afin de devenir des « smart hospitals« . La vidéosurveillance et le contrôle d’accès sont déjà en place dans nombre d’établissements, et permettent de gérer flux d’entrée et de sortie, présence des individus… Les solutions accompagnant le personnel soignant et les patients se démocratisent dans les centres hospitaliers, et remplissent le double rôle de systèmes de communication et de solutions de localisation. Ils permettent ainsi le contrôle des tâches, répartition des missions, suivi et traçabilité. Infirmiers et médecins sont en permanence connectés grâce aux différents réseaux (Wi-Fi, GSM, DECT), les personnes vulnérables sont équipées de bracelet de localisation : les objets connectés sont de plus en plus répandus, le partage de données entre systèmes et équipements est ainsi facilité, et synonyme de gain de temps et de rationalisation des moyens humains.

Linnea Fogelmark,  Portfolio Experience Designer au sein de la société Ascom, fournisseur international en communication mobile, fait partie de ces gens qui participent à la transformation numérique des établissements de santé, en anticipant les besoins de chacun et en réfléchissant à des solutions innovantes afin de transmettre la bonne information à la bonne personne au bon moment. « J’ai étudié la conception centrée sur l’utilisateur à l’institut Chalmers University of Technology, et dans le cadre de ma thèse, j’ai étudié les infirmières et le flux d’informations qui les entoure, explique Linnea Fogelmark. Alors, durant cette étude, j’ai suivi les infirmières dans leur travail ; je suivais chacun de leurs déplacements dans la journée et je notais chacune de leurs actions. Le motif qui est apparu est plutôt choquant : les infirmières passent leurs journée à recevoir des informations, à tenter de localiser leurs collègues et à chercher des objets. Elles sont exposées à un flot de perturbations constant, sans parler du nombre d’alarmes, de bips, d’appels téléphoniques, de vibreurs, de messages sur téléavertisseur… Le nombre de choses que les infirmières doivent gérer tout au long de la journée est simplement accablant. Et cela les empêche de veiller à l’essentiel : rester auprès des patients. Alors j’ai commencé à réfléchir – pourquoi ne pas fournir des informations aux infirmières au lieu de demander aux infirmières d’aller chercher des informations. Et cela a été le début de Myco », comme la nouvelle solution de communication commercialisée par Ascom en 2015.

Une approche « intégrée » des solutions de gestion du flux d’informations et des applications métiers permet de créer un environnement de travail innovant, et constitue sans nul doute l’orientation qui devrait mener les centres de soin à opérer leur transformation numérique.

Les coups de cœur techno de Yucatan en 2015

Ph3

 

De l’avis général, la grand messe technologique du CES à Las Vegas n’a pas réservé autant de surprises que les précédentes éditions. Les innovations et prototypes dévoilés ont cependant confirmé les grandes tendances technologiques de 2015 :

– les objets connectés, qui n’en finissent plus de s’imposer dans le quotidien de chacun, jusqu’à devenir indispensables,

– les mobiles, devenus un véritable prolongement de soi et aux fonctionnalités toujours plus étendues,

– l’accélération du rythme de vie, dans un monde où chaque service, chaque transfert virtuel ou physique, doit être de plus en plus rapide.

Si les tendances se confirment plutôt que de se renouveler, c’est sans doute qu’elles correspondent aux attentes des utilisateurs et à nos nouveaux modes de vie, et que les orientations initiées par l’Internet des Objets enthousiasment le grand public.

Yucatan vous propose donc sa sélection des trois produits qui attisent sa passion des nouvelles technologies.

 

1- Phantom, de Devialet

PHANTOM-profile

Présenté en grande pompe en décembre dernier, le dernier-né de la start-up préférée des amateurs de son est le produit de tout le savoir-faire technologique de la marque, et le fruit de longues années de recherche. Le résultat est bluffant : une enceinte connectée, capable de reproduire l’ensemble du spectre, et dotée d’une amplification hybride analogique et numérique (l’ADN de Devialet). Le prix de lancement (1 690 €) réserve le produit aux fanatiques de l’audio, mais paraît à la hauteur des performances optimales. Uniquement disponible sur invitation pour l’instant, l’enceinte sphérique de Devialet a emballé les amateurs sur le CES (où elle a reçu le prix « Editor’s Choice ») et la presse spécialisée.

 

2- OnePlus One, de OnePlus

composition-main

Le petit monde des smartphones, où Samsung a vu son avance sur Apple fondre comme neige au soleil, devrait être prochainement bousculé par l’arrivée d’un petit nouveau qui fait parler de lui depuis un moment déjà. Le OnePlus One, qui n’était pour l’heure disponible que sur invitation, devrait être prochainement disponible en accès libre – la marque vient tout juste d’annoncer sur son blog que son petit bijou était désormais disponible à l’achat tous les mardis. Si le OnePlus One a déjà convaincu la Chaîne Techno de 01Net ou les Numériques, pour ne citer qu’eux, ce n’est pas un hasard. Alliant un design réussi, un écran grand et d’une excellente définition, une interface irréprochable (intégrant une ROM alternative d’Android nommée Cyanogen) et des qualités multimédia parmi les plus grandes du marché, le OnePlus One se propose à « seulement » 300 euros, un prix hyper attractif au vu de ceux pratiqués par la concurrence.

 

3- Welcome, de Netatmo

4925

Avec 4 prix raflés lors des « Innovations Design and Engineering Awards », la start-up française a fait sensation sur le CES 2015, au pays où la vidéosurveillance fait partie du paysage urbain et semble complètement entrée dans les mœurs. Son nouveau produit Welcome est en réalité un système de vidéosurveillance par reconnaissance faciale qui notifie automatiquement la présence des habitants de la maison, au gré de leurs allées et venues. Doté d’une caméra HD et d’un large champ de vision, Welcome identifie les membres de la famille, remarque l’intrusion de personnes inconnues, et peut éventuellement notifier les événements inopportuns (ouverture de la porte ou d’une fenêtre, par exemple). Le tout est évidemment consultable sur son smartphone via une application dédiée (sur iOS et Android). Welcome sera disponible courant 2015.

Les nouveaux modes de travail : le homeshoring

Homeshoring BLOG

 

S’il est aujourd’hui une tendance assez répandue aux États-Unis, où il s’est développé au cours des années 90, le homeshoring est en France une pratique plus récente, en voie de démocratisation depuis 5 ans…

Le homeshoring en bref

Il consiste en la gestion de la relation client par un réseau de téléconseillers qui travaillent depuis leur domicile. Les agents opèrent en tant que salariés d’une société de homeshoring ou en tant qu’indépendants bénéficiant de contrats de prestation. Selon une étude du « Homeshoring Feasability Study », plus de 10% des téléconseillers en France devraient travailler depuis leur domicile d’ici l’horizon 2020.

Plus encore qu’un business model original, le homeshoring est un nouveau mode, une nouvelle conception du travail. Dans un pays où les chiffres du chômage ont progressé en 2014 jusqu’à atteindre de nouveaux records, le homsehoring a le mérite de proposer des solutions alternatives concrètes et de promouvoir l’indépendance.

Toujours selon l’étude, les avantages ne sont pas que sociétaux. La particularité du homeshoring est d’assurer, par sa souplesse, une grande liberté d’action aux agents et aux clients. Les premiers, puisqu’ils travaillent à leur domicile, ne perdent pas de temps dans les transports, rentabilisent leur temps de travail, et surtout choisissent les horaires qui leur conviennent.

Les entreprises, quant à elles, profitent de la flexibilité des agents pour répondre à tous les besoins et notamment aux fortes périodes d’activité (recruter et renforcer un effectif ne prend que quelques minutes), tout en assurant une meilleure maîtrise de leurs coûts. Les coûts sont également optimisés en matière d’immobilier puisqu’il n’est pas nécessaire de fournir un espace de travail à tous les collaborateurs.

Une relation à long terme avec les agents de homeshoring

« Nous confions des missions à des indépendants pour lesquels la possibilité de travailler à domicile est un choix de vie ; il en résulte pour nos clients une meilleure qualité de service liée à l’engagement de ces conseillers », explique Didier Ferrier, le fondateur d’Eodom, leader français du homeshoring fondé en 2007 et comptant à ce jour plus de 750 agents indépendants et des références prestigieuses telles que Chronopost, Rue du Commerce, M6 Boutique ou le Groupe Moniteur.

« L’évolution des agents collaborateurs est notamment au cœur des préoccupations d’Eodom, qui les accompagne  et déploie les moyens d’assurer leur progression, afin de nouer une relation de confiance durable susceptible de construire un partenariat sur le long terme. »

La croissance de 35% enregistrée par Eodom en 2014 traduit le développement du homeshoring en France, et souligne la pertinence d’une offre en phase avec l’expansion du travail indépendant en France.

 

Cachez cette multiprise que je ne saurais voir !

220046 (9)

Leader sur le marché des articles ménagers en plastique, Allibert Home n’a de cesse de concevoir des produits toujours plus pratiques, au design élégant et à la fiabilité éprouvée. Aujourd’hui, les gammes d’Allibert Home trouvent leur place dans toute la maison, de la chambre à la salle de bain, en passant par le garage et le jardin.

La gamme E-box, récemment lancée par Allibert Home, s’intègre quant à elle à tous les intérieurs, et répond à une problématique que nous connaissons tous : comment dissimuler ces multiprises disgracieuses devenues indispensables à une époque où les objets électroniques se sont démultipliées, notamment dans le salon. Téléviseur, lecteur DVD, ordinateurs, chargeurs de tablette et de smartphone, lampes, décodeurs, chaînes Hi-Fi : difficile de concevoir que chacun puisse trouver sa place et sa prise murale sans avoir recours à une multiprise…

Allibert Home a donc imaginé la E-box afin de dissimuler les multiprises. Existant en format Carré ou Médium, la gamme E-box correspond à toutes les formes de multiprises, allie design sobre aux qualités naturelles du plastique (solidité, protection contre la poussière, impossible à rayer).

 

   E-box Carré : 19 x 19 x H 12

   6,90 €

E-box Médium : 37 x 15 x H 12

   7,90 €

 

Sharp propose sa sélection high-tech pour les fêtes

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, et il est grand temps de vous pencher sur les produits high-tech que vous aimeriez voir emballés au pied du sapin. Devant une offre pléthorique, Sharp a sélectionné pour vous le meilleur du son et de l’image, et vous propose quelques produits dont la qualité technique et le design devraient vous combler.

Téléviseur Ultra HD UD20

Sharp a lancé au mois de septembre son premier modèle Ultra Haute Définition en Europe. Ce téléviseur UD20, qui se décline aux formats 60 et 70 pouces, reproduit quatre fois plus de détails qu’un téléviseur Full HD, et un son d’un extrême précision grâce au YahamaEngineTM. Certifiée du label de qualité THX 4K – un vrai gage de qualité en matière d’image –  les téléviseurs Ultra HD de Sharp présentent également un design d’une grande élégance, et transformeront votre salon en salle de cinéma. Un régal pour les amateurs de high-tech et de grand spectacle…

4KTV PR Shot 1

Sharp LC-60UD20EN : 2 999 € prix public recommandé
Sharp LC-70UD20EN : 3 999 € prix public recommandé

Téléviseur Quattron Pro UQ10

Lancée en grande pompe en ce mois d’avril, la gamme Quattron Pro propose trois tailles d’écran, 60, 70 et 80 pouces.  Cette nouvelle gamme UQ10 propose davantage de profondeur et de détails, grâce à 10 millions de sous-pixels de plus qu’un téléviseur Full HD standard. La possibilité de lire du contenu natif Ultra HD downscalé fait de cet écran une véritable passerelle vers les prochaines générations d’écran, en même temps que le meilleur téléviseur Full HD. Avec Quattron Pro, on est aussi bien dans son canapé qu’au stade…

img-p-uq10-brazil-1200

Sharp LC-60UQ10EN : 1 999 € prix public recommandé
Sharp LC-70UQ10EN : 3 499 € prix public recommandé
Sharp LC-80UQ10EN : 5 999 € prix public recommandé

Mini-chaîne XL-HF102

La nouvelle chaîne Hi-Fi de Sharp présente un design sobre et moderne, et toutes les fonctionnalités indispensables aux amateurs de musique : Bluetooth, lecteur CD, tuner FM RDS, port USB, entrée audio. La mini-chaîne est équipée d’un ampli 50 W, et garantit donc une qualité de restitution irréprochable. La XL-HF102 est disponible en deux coloris : gris et argenté.

img-p-xlhf102bhbk-l-1200

Sharp XL-HF102 : 199 € prix public recommandé

 

Barre de son HT-SB602

Spécialement conçue pour les téléviseurs 60 pouces (152 cm) – et donc idéal pour le LC-60UD20EN et le LC-60UQ10EN présentés ci-dessus – la barre de son sans fil SB602 de Sharp est dotée d’une puissance sonore de 310 W et de basses profondes. Elle intègre également le dernier Dolby Digital et un décodeur DTS Digital Sound. La promesse d’une véritable expérience home cinéma à domicile…

Super Wide Sound Bar_e2

Sharp HT-SB602 : 399 € prix public recommandé

 

Sharp fait confiance à Yucatan, agence de relations presse basée à Paris, pour sa communication en France. Yucatan est spécialisée sur le secteur du high-tech et de l’innovation. Visitez le site de Yucatan en cliquant ici, et découvrez les expertises métier et toutes les autres références de la société.

L'ensemble Home Cinéma Ultra-HD de Sharp

4KTV Brick Wall small

Sharp  a profité de la rentrée pour lancer sa toute première gamme de téléviseurs Ultra HD en Europe. La série UD20, disponible en deux grandes tailles (60′ et 70′) reproduit donc quatre fois plus de détails qu’un téléviseur Full HD. La qualité d’image est telle qu’un recul de 1m20 suffit à profiter pleinement des films, séries ou retransmissions sportives.

Véritable gage de performance en matière de son et d’image, la série UD20 est certifiée du label de qualité THX. Mais elle ne se contente pas d’offrir une qualité d’image exceptionnelle, un piqué saisissant, des couleurs naturelles, et un upscaler qui permet d’améliorer l’image des sources au format non natif Ultra HD… Les nouveaux téléviseurs de Sharp présentent un design épuré et un cadre d’une grande finesse qui s’intègreront à tous les intérieurs.

Téléviseurs connectés, équipés de la technologie DLNA, les écrans UD20 permettent donc de diffuser vidéos, musique et photos depuis n’importe quelle source connectée au réseau, et depuis n’importe quel appareil mobile Android. Enfin, le portail Smart TV AQUOS NET+ donne accès rapidement et facilement aux contenus en ligne et notamment à Netflix, disponible depuis le lundi 15 septembre en France.

Mais parce qu’une bonne image se doit d’être accompagnée d’un son de qualité, Sharp lance également une nouvelle gamme son, dont fait partie la barre de son HT-SB602. Spécialement conçue pour les téléviseurs 60′, elle est dotée d’une puissance sonore de 310 W et intègre le dernier Dolby Digital et un décodeur DTS Digital Sound. Enfin, un caisson de basse sans fil garantit des basses profondes.

L’association d’un téléviseur de la série UD20 et d’une barre de son HT-SB602 constitue un semble home cinéma idéal pour tous les intérieurs, et permet de profiter d’un film dans des conditions dignes d’un cinéma.

Super Wide Sound Bar_e2

Tour de France : le bus de la Garmin-Sharp

sharp-bus-1

Difficile de réaliser à quel point le bus d’une équipe cycliste est important pour la préparation et la récupération des coureurs. Le bus fait à la fois office de vestiaire, de salle de réunion, en plus de transporter les membres de l’équipe tous les jours jusqu’à la ligne de départ. David Millar, membre de la Garmin-Sharp depuis 2008, résume la situation en ces mots : « Le temps qu’on ne passe pas sur le vélo, on le passe en majorité dans le bus ».

Tirant bénéfice de l’expertise de Sharp dans les secteurs du blanc et du brun, la Garmin-Sharp peut compter sur des équipements à la pointe de la technologie dans son bus : écrans Full HD aux quatre coins du véhicule, réfrigérateur quatre portes équipé de la technologie Plasmacluster (qui évite la prolifération des germes), et même un système de purification d’air qui participe grandement à la récupération des cyclistes après l’effort.

Tous les équipements high-tech embarqués à bord du bus sont alimentés à l’énergie solaire – les panneaux solaires disposés sur le toit du bus permettent ainsi d’emmagasiner jusqu’à 1 500 watts et de fournir assez d’énergie pour que les équipements puissent fonctionner en simultané. Si la Garmin-Sharp réalise de belles performances sur le Tour de France, elle le devra au talent de ses coureurs, mais aussi à son bus tout-équipé.

GS-bus-14-21

sharp-bus-3

sharp-bus-4

La technologie Quattron Pro de Sharp : la meilleure façon de savoir si le ballon a vraiment franchi la ligne...

img-p-uq10-brazil-1200

À l’heure où la planète toute entière vibre au rythme du football, et que chaque jour apporte son lot d’exploits, de bonheurs ou de gestes spectaculaires, la nouvelle gamme de téléviseurs UQ10 de chez Sharp fait figure de moyen de transport idéal pour voyager jusqu’au Brésil, le temps d’un match, tout en restant confortablement installé dans son canapé.

Équipée de la technologie Quattron Pro et bénéficiant d’une définition exceptionnelle, grâce à ses 16 millions de sous-pixels et à son milliard de nuances de couleurs, la gamme UQ10 se décline en trois formats (60, 70 ou 80 pouces) et plonge le téléspectateur au cœur des rencontres. Nul besoin de dizaines de ralentis pour savoir si le ballon a réellement franchi la ligne, avec une telle qualité d’image – certifiée par THX !

 

Prix recommandés :

2 299 € pour le 60″

3 499 € pour le 70″

7 299 € pour le 80″